top of page

Le jour ou je me suis demandée: je reste ou je pars ?

Tranche de vie: Partir ou Rester



Je suis en plein milieu d’une rencontre d’infirmière-chef.

Je suis toujours et encore (!) infirmière-chef par intérim, car on ne juge pas que l’affichage est urgent (faut croire que je faisais bien la job). J’arrive un peu en retard et je sens, dès mon entrée, beaucoup de tension dans la salle.

Je ne sais pas trop pourquoi, mais je comprends assez rapidement.


Mme la directrice nous invective rondement sur nos façons de faire. Je ne suis pas d’accord avec ces propos et je sens bien le malaise dans le non-verbal de mes collègues.

Mais personne n’ose rien dire...

Je prends une chance de m’opposer à voix haute. En expliquant pourquoi bien sûr.

Erreur…

La réplique de Mme est cinglante et sans équivoque, je dois quitter la salle si je ne suis pas d’accord. Ce que je m’empresse de faire. À ce moment précis, je sais que je n’aurai jamais ce poste d’infirmière-chef. Je suis maintenant sur la black list. J’étais devenue une menace à son autorité.


…Quelques jours plus tard, je participe à un séminaire dans un hôpital universitaire. Une collègue me présente à une gestionnaire du programme de périnatalité de l’hôpital en question.

Ça clique tout de suite. On discute, on s’amuse, on est sur la même longueur d’onde. Que ça fait du bien.

À la fin de la journée, elle me dit :

-Il y a un poste d’infirmière-chef ouvert ici ça ne t’intéresserait pas ?.

Je lui répond:

-«Oui, heu peut-être (je bafouille un peu), j’ai vu ça, mais l’affichage ferme à 16:00 aujourd’hui, je n’aurai pas le temps de t’envoyer mon c.v. »

Elle me dit de l’envoyer quand même (le lendemain) qu’ils vont tout de même le considérer.


Je reviens à la maison, fébrile, soucieuse avec mille et unes questions en tête ! Est-ce que je suis prête à abandonner ma sécurité d’emploi (j’étais syndiquée depuis 25 ans) est-ce que je vais être à la hauteur ? Pour qui je me prends, un hôpital tertiaire ? Bref après une nuit presque blanche, à observer la lune pour qu’elle m’envoie un message, j’envoie mon c.v.

Rien à perdre.


On me rappelle le surlendemain pour passer une entrevue. C’est rapide. J’ai un peu la boule dans l’estomac mais je me dis : « rien à perdre encore », ce sera une bonne pratique.


Quelques jours plus tard le téléphone sonne. J’ai les jambes molles car même si je ne me sens pas nécessairement prête, je la veux cette job maintenant. Je veux avoir réussi l’entrevue.…et le verdict tombe: c’est ma candidature qui a été retenue.


Ouf, Yeh, Oh my ! Tout ça en même temps.

Là, le risque me rentre dedans. Discussions avec mon conjoint, des amies proches, une autre rencontre avec la gestionnaire. Les pour, les contre.

Finalement, un autre affrontement avec Mme la directrice viendra clore ma décision.


Je pars.


J’imagine que, sans le vouloir, (ou peut-être que oui) les propos de cette directrice ont facilité mon départ. Ça devenait comme un défi. J’ai beaucoup douté de moi pendant cette période trouble mais je savais très bien ce que je valais.

Selon certaines rumeurs, Mme la directrice aurait dit que je ne tiendrais pas l’coup plus de 3 mois dans un hôpital universitaire. C’était bien mal me connaître. J’y suis restée pendant 16 ans, jusqu’à ma retraite. Et je n’ai jamais regretté ma décision.


Y a t-il une morale à cette histoire ? Ben oui. Il faut bien choisir qui nous entourent, nous influencent dans notre parcours. Parfois un échec peut nous précipiter ailleurs. Ce n’est que plus tard, que je me suis aperçue que sans cette confrontation, je n’aurai pas eu le guts de partir.


Il faut toujours essayer d’améliorer son développement personnel et professionnel, apprendre, garder les yeux grands ouverts. C’est en voulant apprendre, que je me suis retrouvée dans ce séminaire et qu’une opportunité soudaine s’est présentée.

Même si ça n’avait pas marché, je me suis évitée de ruminer le fameux : j’aurais dont dû !


Faites-vous confiance, votre corps vous envoie des signes, la vie aussi, soyez attentif.


Avez-vous déjà vécue une histoire semblable ? : Avez-vous déjà eu un échec qui en fin de compte a été un point tournant positif ? N'hésitez pas à nous partager vos expériences. Ça peut être utile et inspirant pour bien d'autres.


En passant bienvenue à tous les nouveaux membres, c'est ben l'fun de voir notre communauté grandir. Les gentils révolutionnaires de "Présenter Autrement".


N'hésitez pas à partager cette infolettre avec un(e) collègue ou un(e) ami(e) si vous croyez que ça pourrait lui être utile.


  • Une vidéo fort intéressante de Steve Masson: Apprendre change le cerveau: La neuroplasticité.

  • Une vidéo pratique de Nolan Haims: Comment créer des alternatives aux "Bullets points":



Merci d’avoir lu jusqu’ici 😉.

Johanne



Vous êtes nouveaux ? Yeh! Abonnez-vous à mon infolettre juste ici !




3 Comments


Valérie Deraiche
Valérie Deraiche
Dec 26, 2022

Tellement intéressant ! Toujours pertes tes histoires jolie Johanne!


Je suis présentement en congé pour les fêtes suite a 2 mois difficile et de questionnement: Partir ou rester?

En bref, je suis consultante et en mandat dans une grosse entreprise. Le travail et l’équipe super interessants et motivants! Très fière que ma gestionnaire m’est fait confiance pour m’envoyer faire de la formation là!


Mais!! Énormément de pression! Tout est dû pour hier et les experts de contenus difficiles à rejoindre. A travers cela mes 2 enfants on été malade ainsi que mon conjoin, et j’ai du m’absenter quelques fois. Je n’étais pas toujours concentré car fatiguée et préoccupée.


Partir? pas question! I’m gros mandat comme ça, avec des gens super…


Like

En ce moment, je suis conseillère en soins infirmiers volet préceptorat. Il y a 4 ans, lors d'une soirée Galas sportif, j'ai fait la connaissance d'une maman d'un coéquipier de mon fils. Nos discussions ont vite été animées par notre engagement envers la profession d'infirmière. Une connexion entre deux infirmières qui souhaitent faire la différence. Suite à cette rencontre, une grande amitié est née et surtout un univers inconnu s'est ouvert à mon parcours professionnel. Quelques mois plus tard, un mandat temporaire de 2 ans s'est affiché pour être infirmière clinicienne facilitatrice auprès des CEPIA et CEPI. La fameuse rencontre au galas sportif a semé un graine de confiance pour oser aller vers l'inconnu. Voilà après 22 ans dans le…

Like
marteljo
marteljo
Dec 12, 2022
Replying to

Bravo Marie-Pier. Ton audace t’a surement ouvert pleins de belles surprises. J’aime bien ton terme ton « compostelle infirmière ». Notre vie professionnelle est un long parcours en continue, il y a toujours à apprendre. Bonne continuité ! 😉

Like
bottom of page