J'ai coulé mon cours de math 103



Au Cégep, j’ai coulé mon cours de math 103. Horreur !

Comment pouvais-je savoir ce que je ne savais pas ?


Voici ce que j’ai appris et qui pourrait t'être utile...


J’étais impressionnée quand je suis arrivée au Cégep. Je venais d’un petit village et j’entrais dans la grande ville. On me disait que ce Cégep était rempli de « bollés ». Je n’ai pas beaucoup étudié pendant mon secondaire, disons que ce n'’était pas trop difficile et j’arrivais à obtenir des notes dans la moyenne.

C’est à la suite de mon premier examen de math 103 que la claque en pleine face est arrivée.


42%.

Jamais eu une note pareille.

C’est le choc total.


Un tsunami de pensées me tourne autour comme des maringouins en plein été :

Ça y est, c’est trop fort pour moi ce Cegep. Je ne suis pas assez intelligente pour être ici. Je devrais abandonner drette là.

Jamais je n’ai remis en question ma préparation à cet examen, et pourtant…

Pensais-tu à ça toi, au Cégep ?

J’étais pas mal plus préoccupée à rejoindre mes amis à la caf. ou au gymnase.


J’ai donc été victime (oui oui victime !) de deux choses que je ne connaissais pas à ce moment-là :

  • On ne m’avait jamais appris à étudier efficacement;

  • J’avais « l’illusion du savoir » ou effet Dunning-Kruger (effet de surconfiance)


L’illusion du savoir c’est un biais cognitif qui nous fait croire que parce qu’on a vu entendu et compris une notion qu’on a pas besoin d’aller plus loin. On fait des exercices et on regarde la réponse. Si on a commis une erreur, on regarde le processus et on se dit : "Ben oui toi, c’est là que j’ai manqué".

C'est ici que ça commence.

LA SURCONFIANCE

La surconfiance c’est de s’arrêter là en croyant que parce qu’on a vu notre erreur on a tout compris. C’est ici que l’art d’étudier prends tout son sens.


Je me suis rendu compte qu’il fallait que je fasse des tonnes d’exercices pour tester mes connaissances à fond. Pas seulement relire (mes notes surlignées en jaune !) ou revoir des exercices précédents. De tester à l’aveugle, c’est-à-dire de continuer à faire des exercices tant que je n’avais pas la bonne réponse du premier coup. Donc même si je comprenais mon erreur, je devais me tester de nouveau.


Recommencer, répéter avec un autre exercice pour récupérer dans ma mémoire les étapes nécessaires pour solutionner différents problèmes. Parce que plus je récupère les bons mécanismes, plus je renforce le chemin vers ces informations situés dans ma mémoire.


On consolide


C’est un peu comme se promener en forêt, dans un chemin inexploré. Hein ?

La première fois c’est difficile.

On n’a pas beaucoup de repères.

On s'accroche partout.

On se trompe.

Mais plus on y retourne souvent plus le chemin est tapé et c’est plus facile de s’y retrouver et de circuler.

L’accès devient rapide et automatisé. En plus un processus automatisé est beaucoup moins énergivore pour notre cerveau. (Ce qui te donne de l'énergie en banque pour aller à la café).



Tout ça pour dire qu’il faut toujours être attentif à notre niveau de connaissances intégré dans notre mémoire. On doit se tester, souvent, régulièrement. J’ai réussi à passer mon cours de math 103 à la deuxième session, en mettant en pratique une méthode d’étude beaucoup plus efficace soit, la récupération en mémoire (se tester) et répéter le processus aussi souvent que possible pour consolider le chemin d’accès.


Apprendre c'est difficile. Et c'est ok, Le dr. Robert Bjork appelle ça la "difficulté souhaitable" (difficult desirability). Elle correspond au niveau de difficulté d’un apprentissage. Pour s’assurer que les nouvelles connaissances soient bien encodées dans notre mémoire long terme il faut que le challenge soit modéré. Pas trop facile et pas trop difficile.


Certains étudiants vont concentrer tout leur temps d’étude la veille de l’examen, C’est ce qu’on appelle étudier pour passer un examen, pas pour apprendre à long terme. Ces nouvelles notions seront rapidement oubliées.


Si on ne revisite pas le chemin d’accès vers ce schéma (l’ensemble des processus pour régler certains problèmes) il va disparaître. C’est ce qui est arrivé avec mon cours de math 103. En effet ne me demandez pas aujourd’hui de solutionner un de ces problèmes.

Mais ce n’est pas grave, j’ai choisi un parcours professionnel qui ne me demandait pas trop de mathématique. Par contre, j’ai gardé et j’utilise régulièrement la leçon d’apprentissage.


Des vidéos


Pour en savoir plus sur comment maximiser l'acquisition de nouvelles connaissances et les bonnes façons d'étudier, même pour ton swing de golf:


  • Je te conseille fortement les vidéos de Steve Masson. Vraiment super.

  • Et aussi ce Ted Talk avec ces éminents vulgarisateurs de sciences cognitives les Dr. Robert et Élisabeth Bjork..


Un livre


Un bon livre pour compléter le tout: "Activer ses neurones, pour mieux apprendre et enseigner"

-Steve Masson















Parce qu’avec chaque présentation on enseigne quelque chose, C’est important d'apprendre comment on apprend.

Voilà pour cette semaine, merci pour ton attention, que j’apprécie vraiment beaucoup!

Ensemble on va faire une différence dans le monde des présentations 😉

*****



Merci d’avoir lu jusqu’ici 😉.

Johanne


Si vous avez aimé, partager avec un ami ou un collègue !


Facebook LinkedIn


Vous êtes nouveaux ? Yeh! Pour ne rien manquer, abonnez-vous à l'infolettre juste ici !